Le Grand Break

Vinicunca, la montagne arc-en-ciel9

Quelques photos vues sur Internet nous avaient donné bien envie d’aller voir de nos yeux la montagne Vinicunca (même si on soupçonnait quelques retouches Photoshop).

Il y a moins d’un an, cette montagne n’était accessible qu’aux courageux randonneurs du trek de l’Ausangate. Mais devant le succès du site, les routes touristiques se sont ouvertes et il est maintenant possible de s’y rendre à la journée pour une vingtaine d’euros.

À Cuzco, on se renseigne à l’office de tourisme, où la gentille dame qui nous reçoit nous apprend qu’elle y est justement allée il y a 3 jours, et qu’elle n’a rien vu à cause de la neige et la pluie ! Rien du tout !
Ouf on se dit, on s’est épargné une bonne déception.
C’était sans compter la force de persuasion de notre ami Erik qui finit par nous convaincre de tenter le coup le lendemain.

Réveil 3h10, 5 minutes plus tard on sonne à la porte de notre hôtel : surprise c’est l’agence qui était censée venir nous chercher à 3h30 ! On enfile les couches comme on peut et on sort les yeux encore tout collés !
On rejoint le van qui nous attend et là c’est parti pour 2h de vadrouille dans la ville à collecter tous les participants. Tellement classique. Bref.

La route est un peu longue mais très belle et pour la première fois nous voici devant les paysages qu’on imaginait du Pérou : les flancs de montagne escarpés, les vestiges de terrasses incas, les prairies peuplées de troupeaux de lama. Enfin !

On arrive vers 8h au point de départ du circuit, et le guide nous donne un seul conseil, simple : « Montez aussi vite que vous pouvez et quand vous êtes en haut, redescendez ». Ok ok.

Dès le début, le paysage est superbe et on sent qu’on va se faire plaisir. Les prairies verdoyantes traversées de ruisseaux, les buissons de cactus, les locaux occupés à rassembler leurs chèvres, la cime enneigée de l’Ausangate en arrière-plan, et un grand ciel clair : tout ça forme une carte postale idyllique et gonfle nos petits muscles d’énergie.

dsc04316

Et pleins de gros moutons

dsc04326

2 locaux bien paumés au milieu de nul part

dsc04334

Des cornichons à fourrure

dsc04409

Mamie se fait un peu moins chier depuis l’arrivée des touristes

dsc04328

Un village bien paumé, bien qui fait pas envie

Bientôt, on croise des locaux qui attendent le touriste pour proposer la montée à dos de cheval. C’est tout un business et on se dit que leur quotidien a dû bien changer en quelques mois.

dsc04336

« Bon les mecs, aujourd’hui, on y va sans vergogne, on est en retard sur l’objectif »

On poursuit la marche, bientôt cernés par les lamas qui nous attendrissent toujours autant.

dsc04374

« Meeeeé, il est où l’herbe ? »

dsc04376

dsc04434

Ces sales bêtes se laissent pas trop approcher

dsc04456

Mamie, ta vie me fait pas rêver !

Déjà le paysage se colore de teintes pastel, ça ressemble aux flacons de sel coloré qu’on faisait quand on était petit (en plus beau).

dsc04491

Moi, j’ai jamais fait de pot de sel coloré mais je m’y mets en rentrant. Il paraît que c’est fun

dsc04494

Encore une ineptie géologique

 

Le sentier est assez raide à tel point que les cavaliers doivent régulièrement descendre de cheval pour ménager la bête. On s’attendait à une petite marche pépère, on est assez surpris !

Au bout de 3h, nous voici enfin au pied de la montagne. Je donne mon dernier souffle pour monter jusqu’au point de vue qui surplombe la montagne.

C’est sublime ! Bon, les couleurs n’en jettent pas autant que les versions trafiquées des devantures des agences… mais ça reste splendide !

dsc04522

« Fais ce que tu veux mais moi, j’reste en bas »

dsc04525

dsc04510

dsc04503

« Et dire que j’voulais bosser dans l’astrophysique »

Malheureusement, à 5020m, le manque d’oxygène et le vent glacé ne sont pas supportables très longtemps ! Je rejoins donc assez vite Alex en bas.

On reste assis quelques minutes et je sympathise avec les habitantes du coin.

dsc04536

Ce p’tit tchoupi se fera écraser par la semelle d’un touriste

Le flux des touristes qui arrivent au sommet est incessant et, se remémorant le conseil judicieux de notre guide, on se remet rapidement en route pour laisser la place.
Et dire que le site était préservé du tourisme il y a 9 mois, c’est à peine croyable !

dsc04548

C’est dingue de voir autant de gens à 5200m d’altitude

Sur la route du retour on croise encore plein de locaux et leurs chevaux, c’est l’heure de la pause :

dsc04564

« Rahhh, j’ai encore marché dans sin brun »

dsc04571

« Il paraît que Trump est passé » -« On a dit pas de politique au boulot Sophie »

dsc04562

Le look disco fluo revient à la mode

dsc04561

« Un jour, je jouerai de la flute de pan dans le métro à Paris comme tonton Billy »

dsc04483

« Ah bahil est là mon baluchon mylittlebox ! »

dsc04601

« On passe au mcDo en rentrant ? »

dsc04609

Le temps s’assombrit…

dsc04616

Dieu que j’étais heureux en sachant que j’allais me prendre la pluie sur le retour

Et en quelques minutes, on passe du ciel bleu à la neige, et le paysage se couvre instantanément d’un blanc manteau. À quelques minutes près on ne voyait pas grand-chose des couleurs de Vinicunca !

dsc04614

« Ils sont où les kways ? » -« Dans notre chambre d’hôtel »

La route est encore longue, dans la panique de notre réveil matinal j’ai oublié les K-way et on rentrera trempés et transis de froid.

Aucun regret cependant, et on dit un grand merci à Erik pour nous avoir embarqué dans l’aventure !

Rédiger un commentaire ↓

9 replies to Vinicunca, la montagne arc-en-ciel

  1. Sophie

    Superbes couleurs!!! Une bonne raclette en rentrant pour se réchauffer ;-)))

  2. Loulou

    Wow un de mes paysages préférés parmi tout ce que vous avez partagés depuis le début !! le Pérou entre dans ma liste de voyages à réaliser, c’est sublime…

  3. Définitivement à rajouter sur notre petite liste du prochain voyage péruvien 🙂 quant au passage de l’agence en avance, c’est rare mais quand ça arrive c’est telleeeeeement pénible… Bises et bon retour !

  4. Mamou

    Quel courage !! je n’en reviens pas!! on dirait un Rainbow cake le pied de la montagne , désolée Claire… z’êtes certains que le baluchon n’était pas piégé? Ben oui ici c’est la France et l’état d’urgence.. et l’image avec tous les gens en haut de la colline cela me fait penser au film d’indiens… OK je sors encore une fois….

  5. Maman

    Ah ouais quand même. C’est splendide. Je n’avais jamais vu un truc pareil, même en photo.

  6. ramond cécile

    bonjour
    j’ai l’intention de faire un tour sur cette montagne en avril j’aimerais savoir quel est votre niveau d’entrainement étes vous sportifs ?
    juste savoir si j’ai une chance d’y arriver !

    • Claire

      Bonjour ! Alors on n’est pas du tout sportifs ! Mais on voyageait depuis plusieurs mois quand on a fait cette rando donc on était habitués à marcher tous les jours.
      La balade n’est pas forcément très physique, le dénivelé est faible en dehors de la montée finale. Par contre il faut absolument être acclimaté à l’altitude car ça monte très très haut, j’avais le souffle littéralement coupé dans les derniers mètres.
      Si tu n’as pas de souci de santé particulier je suis sûre que tu peux y arriver ! Je te souhaite de bien profiter des merveilleuses couleurs de Vinicunca, ça reste un souvenir merveilleux pour nous.

      • sarah

        Bonjour Claire,
        Nous sommes 2 copines, et nous souhaitons faire cet ascension … ou du moins essayer de le faire ! Mais nous avons du mal à trouver sur Internet une agence ou autre avec qui le faire. Comment y es-tu allé ? avec quelqu’un en particulier ? Je te remercie beaucoup pour ta réponse. Bonne journée !

        • Claire

          Bonjour Sarah, nous avions réservé la veille au soir auprès d’une agence de la Place d’Armes (je ne me souviens plus du nom mais elles proposent à peu près toutes les mêmes tours). Ça nous a coûté 75 soles pour le transport en van depuis notre auberge + le petit-déjeuner + déjeuner.
          Buen viaje !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *