Le Grand Break

Le lac Inle – la pause détente9

Après avoir quitté Charles, nous nous sommes laissés emmener sur le lac par son ami le chauffeur de pirogue, qui nous a conduit jusque notre hôtel telles deux moules échouées.

rpsbateau

2 grosses moules en sac à dos

Quel bonheur de poser ses fesses et se laisser porter !

rps3366

Y’a que sur le scoot que j’ai le droit d’aller devant

rps3368

Un type qui met une branlée au lac

 

La première découverte du lac nous enchante et nous nous donnons rendez-vous le lendemain à 8h pour une journée de ballade. Usés par le trek, on en oublie de demander le prix, il s’avèrera qu’on en aura pour 20 000 kyatts (14€) à deux pour la journée complète, une belle somme dans notre budget mais ça reste raisonnable. Les Birmans nous ont appris à arrêter d’être méfiants, ça risque de nous jouer des tours dans les autres pays 😉

Pour fêter le retour à la civilisation on s’offre un dîner de gros porcs occidentaux, dans un resto branchouille à deux pas de notre hôtel.

rps3392

Sur la carte, on a vu « burger » et « club sandwich ». On s’est arrêté

rps3387

Finalement, on a juste pris 2 cocktails et un bon plat de cacahuètes

rps3388

Nan jdéconne !

 

Samedi matin, on remet les voiles. Charles nous a concocté avec son pote un petit programme sur-mesure, donc encore une fois on se laisse complètement guider.

rps3398

Y’a quand même un moteur sur la barque, je préfère préciser

rps3401

En mode mamie sous ma couette

 

Les pêcheurs du lac Inle

On traverse d’abord le lac où oeuvrent déjà les pêcheurs funambules d’Inle. Ceux qui sont bien habillés prennent la pose exprès pour les touristes, les autres travaillent vraiment 🙂

rps3415

Ca sent le piège à touriste !

rps3421

Il a fait des noeuds à son filet, le gros malin

 

Les jardins flottants

Puis on s’enfonce dans les jardins flottants, ces trésors d’ingéniosité imaginés par les habitants pour exploiter l’eau du lac. Des cultures d’aubergines, de tomates, de haricots, de fleurs flottent sur l’eau, la terre retenue par des piquets en bambou :

rps3442

 

rps3441

Les cultivateurs viennent récolter leurs légumes accroupis sur leurs pirogues vacillantes.

rps3450

Ça nous en bouche un coin !

 

Les villages flottants

On est tout aussi épatés par les villages sur l’eau, une enfilade de maisons sur pilotis avec des rues, des petits commerces, un réseau électrique et même une poste.

rps3470

Une petite Venise birmane

rps3475

Pratique pour les toilettes !

rps3485

rps3606
Et ça continue de construire :

rps3551

 
Si ça vous intéresse celle-ci est à vendre !

 

Le marché de Nam Pam

Aujourd’hui c’est le marché de Nam Pan (il tourne tous les jours, pour en savoir plus consultez cet article très complet)
Touristes et locaux se pressent à l’embarcadère pour venir faire leurs emplettes :

rps3540

Faut pas rater le créneau

rps3536

Les marchés birmans sont décidément très photogéniques. Une profusion de couleurs et de scènes de vie, un vrai plaisir à observer.

rps3539

Ça c’est des ballons pour jouer au « bont »

rps3538

rps3504

Il fait 30 degrés et madame a sorti son bonnet

rps3503

rps3506

Il aurait eu autant de mal à m’expliquer ce qu’il vend que moi à lui présenter mon métier

rps3507

rps3508

rps3513

Le vendeur hyper spécialisé

rps3511

rps3514

rps3512

rps3517

Pas de miroir ! Comme ça, tous les clients sont contents

rps3530

rps3521

En fait, Clark Kent est birman

rps3522

Ce poisson, faut le manger direct à la sortie du marché histoire de limiter au max la turista

rps3523

Contrairement au marché de Mandalay, pas d’odeur particulière sur le stand

rps3525

rps3526

On a pas osé demander la recette typique du pays

 

La fabrique de tissus

Et c’est reparti direction la fabrique de tissus, qui produit des étoffes à partir des fibres de lotus du lac. On est accueillis par une jeune fille qui nous explique toutes les étapes de fabrication.

rps3560

rps3562

rps3565

rps3567

rps3575
Fascinant de voir à l’oeuvre le savoir-faire ancestral des tisserandes, leurs gestes précis et millimétrés répétés à une cadence impressionnante.

On pourrait les observer pendant des heures mais notre batelier a un autre programme pour nous ! Il nous emmène maintenant à la fabrique de cigares.

 

La fabrique de cigares

rps3590

rps3600

rps3596

Il s’agit d’une version artisanale et haut-de-gamme des cheeroots, auxquels Alex a déjà pris goût depuis le début du voyage.
On a même droit à une dégustation :

rps3599

Instant de sérénité

Y en a un qui a beaucoup apprécié !!

 

La pagode Phaung Daw Oo

rps3616

rps3622

À l’intérieur des sortes de cacahuètes en or massif, très étonnantes, assez marrant de voir le regard sceptique des quelques touristes autour. Après renseignement il s’agit en fait simplement de bouddhas, dont la forme est devenue indistincte à force d’être recouverts de feuilles d’or par les croyants. Désolée on n’a pas pu prendre de photo mais cherchez « Phaung Daw Oo buddhas » sur Google Images vous comprendrez notre étonnement initial.

 

Déjeuner sur l’eau

C’est l’heure de manger, notre guide nous emmène dans un petit resto sur pilotis aux airs de paillote tropicale. Encore une fois on se laisse faire sans méfiance, on suppose qu’il bénéficie en échange de son repas gratuit, et puis l’adresse s’avère très bon marché.

rps3634

rps3649

rps3638

rps3640

 

La fabrique de bijoux

On part ensuite visiter une fabrique de bijoux. Accueillis par un sympathique thé de bienvenue, on assiste au procédé artisanal de fonte et martelage de l’argent.

rps3661

A l’ancienne !

rps3667

rps3669

Pas très friands tous les deux d’orfèvrerie, on n’en est pas moins fascinés par le savoir-faire des artisans et par la qualité des bijoux présentés dans leur boutique, tous uniques et travaillés à la main. Et puis personne ne vous pousse à l’achat à la sortie et c’est bien agréable.

 

La fabrique d’ombrelles

Un petit passage par la fabrique à ombrelles, qui avouons-le nous intéresse beaucoup moins.

rps3674

Des femmes-girafes sont plantées devant la boutique comme des potiches attrape-touristes, un peu triste. On s’est quand même sentis obligés de les prendre en photo :

rps3672

La fille a un peu les boules. Comprenez-la, elle finira par ressembler à sa mère

 

Le Monastère des « jumping cats »

Dernière étape de la croisière, la visite du monastère dit « des chats sauteurs ». Il semblerait que des moines y entraînaient auparavant des chats comme attractions de cirque, ceux qui sont restés ne sont plus très actifs, des chats quoi.
En tout cas la quiétude de ce monastère sur pilotis plonge la fin de notre ballade dans une ambiance fort spirituelle.

rps3704

Sont où les chats ?

rps3706

rps3707

rps3710

rps3716

Car c’est l’heure de dire au revoir à notre gentil chauffeur pour prendre le bus de nuit direction Yangon !

rps113

Non mais cette dégaine !

 

 

Cette balade sur le lac était vraiment un super moment, on a eu la chance d’avoir un guide adorable.
Le lac Inle reste, étonnamment, encore un lieu de vie authentique et atypique, une vie entièrement centrée autour du lac. Un lac nourricier qui sert à la fois de garde-manger, de réserve de matières premières, de voie de déplacement, et même de salle de bains.

Bien sûr, on sent que le tourisme y prend de l’ampleur, et la visite des curiosités du lac a tout d’une mécanique bien huilée. Malgré tout on s’est toujours senti à l’écart des masses, et on a ressenti le plaisir des locaux de partager avec nous leur métier, plus qu’une quelconque pression commerciale… peut-être parce que notre chauffeur a soigneusement étudié son parcours.
Dans quelques années, les hôtels de luxe auront peut-être remplacé les maisons sur pilotis, et les pêcheurs vivront peut-être exclusivement des revenus de leurs poses photogéniques. On est contents d’avoir vu ça avant !

 

Rédiger un commentaire ↓

9 replies to Le lac Inle – la pause détente

  1. Laure

    Très impressionnant toute cette vie autour du lac. Alors confortable cette pirogue?

    • Claire

      Petits fauteuils en bois, couvertures pour avoir chaud et parapluies pour s’abriter du soleil, le grand luxe ! Je me sentais comme une princesse (surtout qu’en Birmanie tout le monde te salue toutes les 5mn comme si tu étais Céline Dion, de quoi prendre rapidement la grosse tête).
      Je sais qu’aujourd’hui c’est le week-end mais j’attends la production d’écrit de Maxime dès lundi !!

  2. mamou

    Je savais bien qu’on parlerait de moules après les frites et la bière!! J’ai maintenant ma réponse , Alex fume le cigare… et croyez vous qu’ Eurotunnel me donnera la permission de planter des aubergines et des tomates sur ses terrains inondés? Y’a un créneau je le sens … Vous avez honte? pas moi…
    Mis à part mes âneries quels beaux paysages, quelle sérénité même si parfois elle n’est que de façade. et j’irai voir les grosses cacahuètes sur internet curiosité oblige.
    Une question : les têtes , les cous et les ailerons de poulet sont en vente pour être mangées

    • Claire

      Mmmh je ne serais pas catégorique mais, vu les trucs qu’on a vus servis dans les cantines de rues (peaux de poisson séchées, rongeurs rôtis, abats en tous genres etc.), je dirais que oui ! Ça doit être bien goûtu !

      • mamou

        j’avais pas fait attention aux commentaires de ton collègues…Pauvre enfant perdu, je le reconnais bien dans son humour et je le verrais bien habillé en birman tiens… Je sens qu’il s’éclate un max….mais il veut pas le dire de peur de passer pour un blaireau…

  3. Clément

    Et ça mange des burgers frites.. bah bravo tiens ! 😛
    J’adore les maison sur pilotis, réservez nous celle en construction 😉

  4. Maman

    Jolie carte postale, toutes ces maisons sur pilotis.
    J’ai regardé sur « satellite Google », elles innombrables.
    Tout le marécage autour du lac est investi.
    Pourquoi les pêcheurs se tiennent-ils debout à l’extrémité de leur pirogue ?
    Ils ne se facilitent pas la tâche.
    Encore des marchés très colorés et très vivants.
    Je vois que vous vous êtes comportés en bons touristes et avaient fait l’honneur aux habitants de visiter les hauts lieux de l’artisanat local.
    On devine ce qu’a préféré Alex.
    En tout cas, en ce qui me concerne, je n’ai pas préféré les femmes-girafes.
    C’est vraiment inhumain, ce truc. Mais c’est bien d’avoir montré.
    Pour la petite, il y a du boulot. Son cou est déjà beaucoup trop gros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *