Le Grand Break

Une semaine cocooning à Tokyo13

Nous avons passé les 6 derniers jours de notre voyage nippon à Tokyo, une semaine où nous avons ralenti un peu le rythme des visites pour prendre le pouls de la ville et surtout profiter du confort d’un chez-soi. On vous résume ça !

 

Notre petit chez-nous

La solution la plus confortable et économique à Tokyo est probablement Airbnb, très répandu dans la ville. Nous avons élu domicile dans le quartier de Yoyogi-Uehara, un quartier résidentiel et très tranquille aux allures de village.
Nous logeons chez Junko (une autre, pas celle d’Osaka) qui a aménagé son studio tout neuf avec goût et nous le laisse le temps de son séjour à San Francisco.

airbnb-tokyo

On dirait une pub pour un vendeur de meuble suédois

A l’arrivée, on découvre avec plaisir dans notre boîte aux lettres une carte memoire oubliee à Kyoto, que notre guesthouse de Kyoto, que notre guesthouse a pris le soin de nous envoyer en lettre prioritaire. C’est bien vrai, impossible de perdre ses affaires au Japon, même pour des têtes de linotte comme nous 🙂

Quel bonheur de retrouver le confort d’un chez-soi ! On retrouve le plaisir de cuisiner et partager des repas rien qu’à deux, se prélasser dans un bain, traîner à la maison et même faire la vaisselle 🙂

DSC04374

Youpi ! Madame cuisine !

DSC04540

Spaghetti bolognaise de la mama !

DSC04376

Et moi je la joue plus viril avec du boeuf et des patates !

On a donc dû se faire violence pour sortir le nez de ce petit nid douillet et aller affronter la jungle urbaine !

 

Le métro de Tokyo

Après avoir domestiqué le métro de Pékin, Séoul, Osaka, Kyoto et même Lille, celui de Tokyo c’était les doigts dans le nez !

DSC04534

Sacré bordel, certainement à cause de l’oeuf au milieu du réseau

C’est quand même un des plus mal fichus qu’il nous ait été donner d’utiluser, avec plusieurs compagnies chacune dotée de son propre système tarifaire se partageant les lignes. Il n’était pas rare qu’on fasse 2 voire 3 changements pour arriver à destination.

Et puis bon, faut pas être agoraphobe 🙂

DSC04532

« Ils vont nous piétiner ! Fuyons ! »

 

Akihabara, un quartier mythique

Le lundi, on se rend à Akihabara, un des quartiers les plus célèbres de Tokyo connu, pour être le repaire des otaku. En fait, il nous semble plus fréquenté par les touristes en chasse de bonnes affaires ou soubrettes à prendre en photo, que par les férus de jeux vidéo. Sans être déçus, on s’attendait bêtement à un endroit plus « confidentiel ».

La hauteur vertigineuse des buildings, les immeubles bariolés comme des boîtes de légo, les enseignes publicitaires démesurées, l’incroyable fatras dans les boutiques, les salles d’arcade épileptisantes, pas de doute, on est bien à Tokyo !

DSC04419

Heureusement que la pose de panneaux publicitaires sur le sol est interdit

DSC04392

Pas facile de garder les yeux au niveau du sol lorsque tu marches

DSC04418

DSC04395

DSC04415

DSC04413

DSC04412

DSC04400

 

DSC04424

 

Soirée yakitori

Le lundi soir, on a rendez-vous avec Ryoko, la soeur de Yuka qu’on avait rencontrée à Osaka.
Ryoko nous emmène d’abord visiter le quartier chic de Ginza et une expo vidéo à Tokyu plaza.

DSC04458
On se rend ensuite à Shinbashi, où on va retrouver des amis à elle dans un restaurant de yakitori.

DSC04462

DSC04464
La soirée est très sympa et nous permet d’en apprendre encore un peu plus sur le quotidien des Japonais, leurs préoccupations, leurs aspirations et le mode de vie tokyoïte. Malgré tout on ne peut s’empêcher de se sentir en décalage face à ces jeunes actifs dont la vie est centrée autour de leur carrière, nous qui avons pris la décision de ne pas travailler pendant un an…

 

Une journée avec Yumiko

Une semaine avant notre arrivée au Japon, j’avais pris contact avec Tokyo Free Guide. Cette chouette association, trouvaille de Louise, permet de passer une ou plusieurs journées à Tokyo avec un guide local bénévole.

Quelques jours plus tard c’est Yumiko qui nous écrit, en français ! Femme au foyer de 49 ans habitant en banlieue de Tokyo, elle aime pratiquer le français qu’elle a appris à l’université, et se propose de nous accompagner pour une journée.

Le mardi matin, Yumiko vient nous chercher au pied de notre immeuble et on démarre sous la pluie une belle journée ensemble. On lui a laissé carte blanche pour le programme et elle se fait donc un plaisir de nous faire découvrir ses endroits chouchous à Tokyo :

Le sanctuaire Meiji-jingu, un site assez touristique mais atypique avec ses tonneaux de saké et de Bourgogne

DSC04473

DSC04476
Puis Omotesando, une avenue de boutiques de luxe surnommée « les Champs-Elysées » de Tokyo et la Takeshita Street, populaire aupres des jeunes

On passe près de l’université où Yumiko a fait ses études, et on sent que plein de souvenirs remontent à la surface même si elle ne reconnaît plus grand-chose du quartier. On va déjeuner dans un resto de ramen, où Yumiko venait déjà déjeuner il y a 30 ans (et la recette n’a semble-t-il pas changé !).

DSC04482
Ce repas et quelques bières nous permettent d’échanger davantage sur nos vies et d’en apprendre davantage sur la société japonaise. Yumiko voit d’un bon oeil notre projet de voyage, et est admirative d’une société comme la nôtre ou un congé sabbatique est possible. Elle se dit effarée par la maltraitance professionnelle des jeunes au Japon. « C’est terrible », nous dit-elle. On sent le traumatisme derrière ces petits mots. Elle nous confie aussi que son statut de femme mariée lui a permis d’échapper à l’oppression du monde du travail. Elle est très fière de son fils de 19 ans qui se sent à l’étroit au Japon, qui rêve d’aller vivre en Angleterre !

Après ces confidences, Yumiko nous emmène dans le sous-sol d’un grand magasin du quartier… On craque pour les gourmandises de Joël Robuchon… c’était l’heure du dessert !

DSC04484

Puis on monte tout en haut de l’immeuble pour admirer la vue et visiter quelques boutiques et galeries d’art… Un endroit très chouette qu’on aurait jamais découvert sans elle !

DSC04492

DSC04494

On passe après ça voir le fameux passage piéton géant de Shibuya, pas si impressionnant que ça car on n’était pas en heure de pointe…

DSC04509
Ce quartier très commerçant grouille de monde, modeuses, jeunes ado en virée shopping, hommes d’affaires et touristes.
Je retournerai dans ce quartier le jeudi pour m’offrir une session shopping solo, faire quelques emplettes et pouvoir dire : « j’ai fait les soldes à Tokyo » !

Il est déjà 16h mais Yumiko nous propose de prolonger la visite à Iidabashi, un de ses quartiers préférés. On prend un verre au Canal Cafe, un petit havre de paix en bord de rivière aux allures de guinguette.

DSC04513

DSC04522

DSC04525

DSC04527
Enfin, on termine la balade à Kagurazaka, surnommé « le quartier français ». On ne manque pas d’offrir une dernière pâtisserie à Yumiko chez Paul (et d’engloutir un Kouign-Amann au passage…) et de la remercier du fond du coeur, on a passé une super journée !

 

Nakano Broadway

Toujours dans l’idée d’assouvir la fascination d’Alex pour l’univers otaku, on est allés faire le mercredi un tour du côté de Nakano Broadway, qui est un peu l’alternative à Akihabara.

Situé à l’ouest de Tokyo, il s’agit d’une longue galerie marchande sur plusieurs étages où on trouve de tout et surtout beaucoup de fantaisies geek.

DSC04566

Coeur névralgique de la galerie, le magasin Mandarake présente une impressionnante collection de mangas. Plusieurs petites boutiques croulent sous les figurines, cartes de jeux de rôle et produits dérivés en tous genres, un paradis pour grands enfants !

DSC04588

DSC04586

DSC04585

DSC04585

DSC04574

DSC04573

DSC04568

Un peu plus authentique qu’Akihabara, on a bien aimé cette plongée dans l’univers sombre et intrigant des otaku tokyoïtes 🙂

 

Voilà à peu près tout ce qu’on a vu à Tokyo, le programme ne fut pas très chargé, constitué essentiellement de flâneries et lèche-vitrines. Il y a tant d’endroits qu’on n’a pas vus, mais on n’était pas du tout tentés par un marathon à travers la ville, fatigués par les 18 jours intenses qu’on venait de passer à parcourir le pays.

Tokyo n’a pas forcément été un énorme coup de coeur, sans doute parce que nous avions déjà vécu à Osaka et Kyoto l’effet « waouhh » qu’on peut ressentir en arrivant dans une si grande ville. Nous y avons aussi ressenti une identité culturelle moins forte que dans nos précédentes étapes, sans doute parce que la ville, comme toutes les capitales, est un melting-pot de toutes les cultures du pays.
On se fait souvent la réflexion que l’ordre des étapes peut tout changer dans un voyage. Gaëlle par exemple a eu un gros coup de coeur pour Tokyo et une petite déception à Kyoto. Nous qui avons visité ces deux villes dans l’ordre inverse avons plutôt ressenti… l’inverse ! Je suis persuadée que notre parcours joue énormément sur notre perception, nos souvenirs et nos attentes influençant la capacité de nos yeux à s’émerveiller…
Du coup pour nous la recette réussie d’un voyage c’est : les grandes découvertes et les beaux paysages au début, le confort pour la fin ! Une recette qui a bien fonctionné au Japon où nous étions ravis de terminer le séjour dans le confort douillet de notre petit appartement.

Ce séjour à Tokyo reste marqué par la belle rencontre avec Yumiko, qui nous a prouvé que, malgré ce qu’elle pense de son peuple, les Japonais sont capables d’une générosité et d’une ouverture d’esprit étonnantes.

 

Nous quittons le Japon le 26 juin dans la nuit, pour un vol Tokyo – Jakarta via Manille… A l’enregistrement, avec nos deux petits sacs à dos, on fait tache au milieu des Philippins chargés d’énormes valises et colis (font-ils le plein de mochis ? de matcha ? de hantaï ? mystère). On passe à deux doigts de se faire refuser l’embarquement par le personnel inquiet que notre séjour en Indonésie dépasse les 30 jours. On a beau leur expliquer qu’on a prévu de faire un visa à l’arrivée, c’est la commotion générale, on met au total plus de 2h à finaliser notre enregistrement. Cet épisode nous a donné un bel aperçu du périmètre d’autonomie des employés et de la souplesse des entreprises japonaises figées dans leurs procédures… c’est déroutant. Mais bon, tout ça c’était quand même avec le sourire et la politesse japonaise légendaire !

Rédiger un commentaire ↓

13 replies to Une semaine cocooning à Tokyo

  1. Anne

    Tu ne vas certainement pas me croire mais j’ai vécu un temps à Yoyogi Uehara quand j’étais à Tokyo et c’est de loin le quartier que j’ai préféré pour y vivre. Tokyo est en effet, comme toutes les grandes villes, un peu impersonnelle mais il y a encore des quartiers comme celui-ci qui ont une âme et qui restent des petits bijoux 😉

    • Claire

      Han c’est fou ! On a vraiment aimé aussi le côté « petit village » avec les rues étroites et les immeubles pas très hauts.
      J’avoue qu’on avait choisi au pif mais c’était une bonne pioche !
      Ça doit te rappeler des souvenirs…

  2. Loulou

    Quoi 30j dans un même pays, mais vous les sortez d’où vos congés ?? ont-ils dû se dire :p
    C’est rigolo la réflexion de la fin car on est entrain de préparer notre parcours au Québec et pour la première fois, on veut commencer par la Nature avec un grand N pour finir par la ville, contrairement à nos autres voyages. Aussi pour cette question de fraîcheur, et pour profitez de plus de confort quand on en aura plein les pattes des randos et des nuits plus « wild ».
    J’avoue que n’y connaissant rien à l’univers otaku, ça doit être fascinant de s’y plonger, quoi qu’un peu perturbant. Pas trop déçu de pas avoir fait le plein de petites « merdouilles » geek ?
    Trop contente que vous ayez aimé le tour de Tokyo avec une francophone, c’est top pour aller un peu plus loin dans les questions et les discussions j’imagine !

    PS : où-sont les commentaires d’Alex ??

    Bisous <3

    • Claire

      Je trouve ça super de raisonner comme ça, vous serez frais et pleins d’énergie pour explorer les grands espaces canadiens ! Même si les grandes villes peuvent aussi demander pas mal d’énergie, à moins de ne pas trop charger le programme. Hâte d’en savoir plus sur votre itinéraire là-bas !

      Personnellement je n’étais pas trop frustrée côté shopping geek à Tokyo ça va 🙂 Juste ça me donnait en permanence des idées de cadeaux débiles pour tout le monde. Alex pensait pouvoir faire des affaires côté jeux vidéo mais en fait il y avait très peu de jeux traduits en anglais donc petite déception… On a quand même eu le plaisir d’arpenter en long et en large tous les game stores de toutes les villes qu’on a traversées… Un bonheur 🙂
      Et encore merci pour le bon plan du Tokyo Free Guide, c’est grâce à toi et c’était top !

      (Pour les commentaires des photos, il y a eu un petit loupé dans la chaîne éditoriale mais la plume acerbe d’Alex revient bientôt pour votre plus grand plaisir)

  3. mamou

    Bon ben finalement je suis bien dans mon petit coin de jardin… Mais c’est sympa vos guides pour découvrir l’essence d’un peuple… Et oui comme le demande Loulou, Alex a eu un coup de mou?

  4. Sophie

    Cool de prendre un peu de bon temps et en plus avec un Kouign-Amann!! ils sont partout ces bretons hein ;-)))

    • Claire

      PARTOUT !!
      La semaine dernière on s’est achetés une plaquette de beurre « Paysan breton » à Nouméa, et bien j’ai béni la Bretagne 🙂

  5. Maman

    C’est bien agréable de vous voir dans un genre de « chez soi ».
    Et je vois qu’Alex a eu droit à une pièce de bœuf.
    Votre guide me semble être une personne dotée d’une grande ouverture d’esprit.
    Et les moments que vous avez passés avec elle ont du être très enrichissants.
    Au moins maintenant, vous savez que vous ne voulez pas travailler au Japon.

  6. Ah ah vous avez opté pour l’appart à Tokyo vous aussi ! C’est clair que ça fait du bien… AirBNB c’est la vie, surtout en voyage longue durée 😉 LA location vous a coûté combien par nuit ?
    Et le système des free guides a l’air top ! ça me fait un peu penser au couchsurfing… sans l’hébergement bien sûr, mais ces moments de partage avec des locaux sont souvent top et font partie des meilleurs souvenirs de voyage.
    Bises péruviennes !

    • Claire

      Oui on a suivi votre exemple et on a bien fait !! Ça nous a coûté 63€ par nuit, c’est-à-dire moins que certaines de nos nuits en auberge de jeunesse, donc on a trouvé que le rapport confort-prix était top !
      Je ne sais pas si ce système de guides bénévoles est développé ailleurs dans le monde, c’était la première fois qu’on découvrait ça… On a trouvé ça bien typique de la serviabilité et l’hospitalité japonaise. C’était top car on a eu l’impression de pouvoir nous aussi apporter un peu à notre guide, car elle était très curieuse de la culture française !
      Profitez bien du Pérou, on va aller lire ça de près car on y va en octobre !

      • Arf pour le Pérou on a fait court cette fois, juste 9 jours dans le nord… tu auras plus d’infos en remontant dans les archives, on y avait passé près d’un mois en 2011.
        J’ai du retard sur le blog, mais ça devrait être publié d’ici octobre 🙂
        Continuez à bien profiter ! Nous on prend la direction des JO 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *