Le Grand Break

Se ressourcer dans une salle d’arcade à Kawasaki19

Être en couple c’est un peu comme négocier ton trajet en tuk tuk. La plupart du temps, tout va bien, l’autre type est à l’écoute et tout le monde est content. Mais parfois, ça se gâte, et tu te prends une bonne tension en pleine volée. Pour nous, la tension du moment, c’est le blog. Claire me sent pas trop investi dans l’affaire. Pourtant, tu en conviendras, je mets beaucoup de coeur (et peu de concessions) dans mes commentaires d’image. Enfin bref, apparemment, ça suffit pas, Madame veut que j’écrive un article.

Alors j’ai lâché un peu de leste dans ma négo et j’ai décidé de partir sur un compromis. Il paraît que c’est bon pour le couple ça, le compromis. C’est en tout cas ce que j’ai lu dans un article de fond du Biba de l’été il y a quelques jours.
Mais laisse-moi bien préciser que si j’me coltine la rédaction de cet article, c’est uniquement pour faire plaisir à la princesse. N’attends donc aucune application de ma part, ni dans l’écriture, ni dans la sélection des visuels. Et pis comme c’est mon article, je ne compte pas jouer la carte de la pédagogie. Si y’a des références qui t’échappent, t’es assez grand pour rechercher ça tout seul sur Google. Après, de nous deux, t’es certainement le type qui a le plus de bande passante.

Allez c’est parti :
Hokkaido, c’était bien mais c’était pas assez otaku pour moi. Les gens parlaient trop et les renards refusaient de se laisser prendre en photos. J’étais pas trop dans mon élément.

Du coup, pour me ressourcer et aussi pour imposer du compromis à Claire, j’ai décidé qu’on passerait notre premier jour à Tokyo dans une bonne salle d’arcade des familles. J’avais attendu ce moment depuis longtemps et en plus, j’avais décidé d’oublier volontairement toutes ces pensées matérialistes qui nous poussent aux préoccupations budgétaires. Bref, j’étais chaud et j’avais les poches pleines de yens.

Pour passer ce moment de volupté intense, j’ai choisi une salle d’arcade à Kanazawa. Après tout, le faire à Akihabara, ça aurait été trop simple.

Alors voilà le bâtiment sur lequel j’ai jeté mon dévolu :

DSC04312

DSC04314

DSC04317

C’est bien crade et dégueu, ça m’a rappelé un peu nos habitations minières du Nord. Nostalgie.
Même à l’intérieur, c’est bien cosy avec une petite odeur d’urine qui colle à l’ambiance.

DSC04318

DSC04319

DSC04324

DSC04325

J’ai appris plus tard que les japs se sont inspirés de Kowloon pour la déco. Comme quoi les nordistes n’ont rien à envier à Hong Kong.

DSC04326

DSC04333

Dans ce chouette bâtiment, les japs s’abandonnent à des pratiques ludiques douteuses, les jeux vidéos. En tout cas, c’est ce que pensait unanimement la génération avant la nôtre avant de se lancer sur Farmville, Candy Crush et Pokemon Go.
Quand j’y pense, c’est quand même un scandale. J’imagine qu’un jour, un type s’est pointé avec un jeu pourri dans une maison d’édition. Au brainstorming, personne n’avait envie de publier cette daube jusqu’à ce qu’un petit génie du marketing fasse accepter son idée moisie : « non mais c’est un jeu casual ». Et là boom, ça a déchaîné les foules et ils ont rempli leur compte en banque véreux. Le type qui a eu cette bonne idée, c’est certainement aussi celui qui a décidé de vendre les chansons de brun aux enfants et la bouffe infâme aux touristes.

DSC04354

DSC04351

Et pendant que j’y pense, t’as le droit de me dire si j’te saoule avec mes histoires. Si c’est le cas, t’as qu’à juste regarder les images. C’est ce que tout le monde fait avec les BD.

Côté licence, on a le droit à du classique avec du Dissidia :

DSC04364
ou avec du side scrolling shoot’em up :

DSC04352

Mais on a aussi droit à quelques particularités bien senties pour les geeks trentenaires mélancoliques ou pour les plus jeunes qui n’ont connu que Call of Duty, les Sims et PES.

DSC04330

DSC04335

DSC04342

Aucune surprise, Street Fighter 1 mérite bien sa réputation inexistante. Il peut retourner dans les tréfonds de l’inconscient collectif.

Au gré des étages, on tombe sur des machines bien destinées à la population asiatique. Impossible d’en comprendre les règles sans y avoir passé sa vie.

DSC04345


J’ comprendrai jamais les jaunes. Imagine la thune claquée là-dedans ! En même temps, chez nous, dans la famille ça coûte un bras et ça sert à rien, on a aussi le tuning. Mais bon quand même. J’arrête pas de penser à la première partie du mec qui s’essaie à la discipline : il se passe tout de suite plein de trucs à l’écran et c’est direct game  over.

Y’a aussi un coin sportif, il en faut bien pour tous les goûts.

DSC04365

Mais bon, le must du must des attractions, pour moi, ça reste les toilettes :

DSC04348

DSC04349
Là aussi, instant nostalgie, ça m’a rappelé L’artGressif de Lille. Les initiés comprendront.

Moi, j’étais pas là non plus pour enfiler des perles alors j’me suis vite mis au boulot. Objectif : trouver un jeu auquel Claire puisse jouer. Et ça, c’est vraiment pas facile. Faut que ce soit simple, accessible et rigolo. Ah et faut qu’on puisse jouer à deux en même temps. Au départ, j’avais bien pensé à du DDR mais j’suis pas assez fit pour ça.

On se contentera donc d’un bon House of the Dead, un jeu joyeux rempli de zombies.

Heureusement que Claire sait pas crier parce qu’on n’aurait entendu qu’elle à tous les étages !

DSC04359

DSC04360

DSC04361

DSC04368

Rédiger un commentaire ↓

19 replies to Se ressourcer dans une salle d’arcade à Kawasaki

  1. Anne

    Holy f… !! Mais c’est génial !!! Maintenant je sais où je vais aller jouer en novembre, méhéhé !

  2. Soizic

    C’est dingue, ce décor ! On dirait un film (soit un vieux film de SF, soit un thriller bien gore…) Et sinon la dernière photo, c’est une capture d’écran de jeu vidéo ? 😉 En tous cas, ça ne m’étonne pas des japs ce genre de fantasme !

    • Alex

      C’est pas une capture, on a vu ça à travers une petite fenêtre portant sur une pièce adjacente. L’histoire ne dit pas si la poupée n’est là que pour l’esthétique ou si elle sert vraiment à certains clients.

  3. Loulou

    Rassurez moi les toilettes, c’est décor ou c’est dans son jus ? Sinon je comprends plus les japonais qui râlent parce que Paris c’est crade 🙁 Quant à la madame en petite tenue dans la dernière image… vous avez investi dans une love doll ??

  4. mamou

    Ca craint … j’espère que vous vous êtes éclatés au moins dans ce décor gore …Mais ou sont les comm de Claire sous les photos? Bon je sors… Sinon un détail, les habitations minières du Nord : de la France? Ca va se régler au retour je te le dis…

  5. Auréllien

    Alors j’en reste scotché ! Incroyable ce lieu ! On se croirait dans un lieu pour un film de Jeunet version japonais ! 😀 Et super tes articles Alex, je suis fan. Claire a raison de te pousser à la plume, on en redemande 🙂

  6. Maman

    Je ne vais pas vous mentir, je préfère, quant à moi, le traditionnel auquel vous nous avez habitués : Claire écrit et Alex commente.
    En plus tout est moche et ce n’est pas du tout mon univers.
    Et aussi, j’ai un gros problème de vocabulaire.
    Bon, allez Claire, au boulot !!!
    Merci qui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *