Le Grand Break

Road-trip à Bali #2 : Bulian et la côte nord5

C’est sous une pluie diluvienne qu’on arrive à Bulian, et oui voyager à dos de scooter à Bali n’est pas l’idée la plus lumineusee qu’on ait eue… (mais on nous avait dit que c’était la saison sèche !!)
Heureusement on est vite réconfortés par l’accueil chaleureux des propriétaires du homestay où on va passer la nuit.
On y passera toute l’après-midi, à siroter notre coco, regarder les gens vivre et apprécier la quiétude de leur jardin tropical.

DSC05766

2 parapluies du carnaval de Dunkerque, certainement un souvenir de voyage des proprios

DSC05762

La geekerie, c’est cool, ça se pratique partout

Le fils des patrons donne des cours d’anglais aux enfants du village et nous invite à participer à la leçon. On en profite pour perfectionner notre indonésien :

DSC05741

Au final, tu retiens juste « selamat machin »

DSC05754

Oui, en Europe, les gens portent des chaussettes

DSC05749

« Tais-toi gamine, tu nous causeras quand tu seras rentable »

DSC05745

Oui, jsais que jsuis beau, maintenant suis ton cours nom d’un chien

DSC05761

Si ça perturbe, ça va au coin

Je passe ensuite un long moment à observer la maman cuisiner notre repas du soir sur la terrasse.

DSC05772

« T’inquiète, j’mets un gant en plastoc, fais pas ton stressé l’occidental »

DSC05779

« Alors là, c’est technique, faut rajouter du viandox et bien touiller »

DSC05780

« Ensuite, faut pas rater l’assaisonnement au glutamate. C’est technique »

DSC05802

« Maintenant, t’as plus qu’à emballer dans des feuilles, les touristes, y paraît qu’y préfèrent »

DSC05805

De l’autre côté du monde, rien n’a changé. Mamie fait des pieds et des mains pour t’engraisser

DSC05810

« Ah bah on va pas s’étrangler avec tes doses de minipouce »

Un beau buffet qu’on partagera avec nos deux voisins de chambre hongrois, avec qui on échange conseils et souvenirs de voyage.

DSC05825

Lui en tout cas, il est pas hongrois

Le lendemain, on quitte notre famille d’accueil plein d’admiration et de reconnaissance, elle nous a prouvé encore une fois que les Balinais ont le coeur sur la main !

DSC05845

« On n’a pas de frein, faut que tu descendes »

Sous un beau soleil et le sourire aux lèvres, on découvre les environs très sauvages de Bulian. On sent que ce coin est vraiment moins touristique que le reste de l’île car on a droit à des tas de « hello » enthousiastes et d’immenses sourires.
Petit stop à la piscine naturelle d’Air Sanih, où on profite d’une eau fraîche et limpide face à la mer :

DSC05859

Ah les locaux, comment ils se mettent bien !

DSC05869

Nous on a pas ça, même à la Grande Motte

La route longe ensuite la côte nord en traversant de pittoresques villages.

Il nous faut normalement 4h pour rejoindre Amed tout à l’est mais on est un peu ralentis par les nombreux arrêts photos.
À un de ces arrêts, un Balinais nous invite à visiter le temple où se déroule alors une cérémonie qui dure sur 10 jours. On fait le tour des lieux avec lui, une nouvelle fois ébahis par la ferveur des Balinais et leur accueil généreux. Un vieux monsieur nous offre même un gâteau au potiron et des bouteilles d’eau pour la route.

DSC05925

« Sympa vos pyjamas les mecs »

DSC05906

DSC05910

La meilleure place pour ne rien foutre, c’est toujours la place du fond

DSC05911

Si jamais c’est pas possible, tu peux toujours travailler assis

DSC05916

Ou même travailler d’une seule main

DSC05917

C’est le genre de plat qui pourrait complètement bousiller ton système gastrique

DSC05921

Chez nous, les gamines jouent à l’épicière, ici ils jouent au tuk tuk

DSC05923

J’ai tombé dans du riz

DSC05931

« Ma, qué tou wé beeeelllllllleee »

Le reste de la route est plus monotone, on avale les kilomètres impatients d’arriver à Amed !

Rédiger un commentaire ↓

5 replies to Road-trip à Bali #2 : Bulian et la côte nord

  1. mamou

    encore de belles photos, des gens souriants ,accueillants et les comm impertinents de ta moitié Claire!j’ai rêvé ou tu as joué à la maîtresse d’école?

  2. Maman

    Les petites filles sont canon. Quelle beauté !
    Et la grande à la fin aussi d’ailleurs.
    Cuisiner par terre c’est pas banal, surtout à ton âge, mémé.
    Ah, le tressage aussi se fait par terre.

  3. Quand je vois la mixture dans le plat de la Mamie, je comprends pourquoi notre premier TDM m’avait fait devenir végétarienne ^^
    L’accueil semble avoir été très chaleureux sur cette étape, c’est chouette ! Et j’ai beaucoup aimé les paysages, notamment les environs de Bulian.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *