Le Grand Break

Pékin, ce grand mystère9

Arrivés à Pékin mercredi soir, nous avons un peu plus de 3 jours pour explorer la ville avant de prendre notre avion pour Séoul le dimanche soir.

Autant l’avouer tout de suite, nous ne sommes pas tombés sous le charme de cette ville… Est-ce dû à la grande politique de rénovation menée pour les JO 2008, aux signes de surveillance policière visibles un peu partout, on a trouvé cette ville sans vie, sans charme et même… vide ! Personne dans les rues, et un métro assez calme même aux heures de pointe (bon on a quand même eu le droit une fois à la fameuse scène des Chinois qui s’entassent autant qu’ils peuvent dans une rame…). Euh vous êtes sûrs qu’ils sont plus d’1 milliard ?? On suspecte un coup monté de la propagande chinoise.

 

Les grands classiques

Premier jour, on entame les grands classiques. Le temps maussade ne nous montre pas la Cité Interdite sous son meilleur jour.

1074

Qd t’as une telle ganache, t’évites de te tirer le portrait en grand normalement

À moins que ce ne soient les hordes de touristes qui ruinent l’expérience. Perches à selfies, bobs de couleur, et petits drapeaux, la visite tourne au reportage anthropologique.

1093

Ne sortez pas du circuit si vous voulez une expérience locale

1101

Des jaunes qui touchent un pot de chambre

1106

Des gens serrés, plein de couleurs, on est bien au carnaval de dunkerque

1108

Mesdames, je vous sens sous le charme du bel étalon à gauche

Finalement, c’est de loin qu’elle est la plus belle cette cité !

1140

Quand c’est beau de loin, c’est louche

La place Tian’anmen qui jouxte la Cité n’est pas non plus d’un grand intérêt pour nous. Nous qui pensions ressentir le poids de l’histoire, on sent surtout les yeux des caméras postées un peu partout.

1156

La Chine, un pays libre

1166

Il a ptét pas de fusil mais il fait du kungfu !

Finalement, c’est la visite du Musée national de Chine qui nous amuse le plus, improvisée pour cause de mauvais temps. Un très grand et très beau musée, gratuit, où on se documente d’abord sur l’art de la Chine antique.

1169

Franchement, c’était tellement bien que j’ai du mal à vanner au second degré

1174

Tu mets ton masque, tu vois plus rien ! C’est un peu comme les lunettes de Booba

1167

2 asiats louchant sur le cul d’un bidet. Belle mise en scène

On tombe ensuite sur une exposition temporaire qui montre les cadeaux diplomatiques offerts à la Chine depuis Mao Zedong. Une immense salle remplie de vitrines pleines de cadeaux. Impressionnant !

1183
Alors autant certains se sont déchirés sur les cadeaux (ci-dessous le présent du président des Seychelles en 2007)

1180

T’as l’air fin au contrôle des douanes avec ta maquette

autant ça sent le shopping de dernière minute chez d’autres…

1175

Réf 6539lz – 4€95 – Vitrine Magique

1176

Réf 459876 – 9€90 – La foir’fouille

1179

Parfois t’as juste honte d’être français

 

Bien manger à Pékin

L’intérêt à Pékin, c’est qu’on y trouve toutes les cuisines du pays.

Le premier jour, on s’est laissés tenter par le petit resto « Little Yunnan », une cuisine qu’on connaissait déjà après nos deux semaines dans cette région, mais on y a découvert de nouvelles saveurs. Un riz sauté aux fleurs de jasmin (subtil mais un peu fade) et du boeuf sauté aux cèpes (très bon).

1145

« Mais pourquoi t’as commandé du riz ?! »

1148

Non mais rangez-moi ce plafond ! Bande de feignasses !

Le deuxième jour, on choisit un restaurant du Sichuan, une cuisine réputée très relevée qu’on rêvait de découvrir.
Les cartons de piments à l’entrée du Zhang Mama annoncent la couleur…

1348

Une estonienne nous a dit que le piment, tu le sens 2 fois. La première, c’est quand tu l’avales

Faute de menu en anglais, c’est encore tout un sketch pour passer commande mais on est ravis de nos plats : un Gong bao ji ding (poulet aux cacahuètes et piment séché), un Tu dou rou si (des pommes de terre en julienne sautées à l’ail) et un Dan dan Mian (des nouilles avec un peu de viande hachée et une sauce épicée). On a tellement adoré qu’on y est retournés le dimanche !

1295

Poulet au snickers et huile à la patate

1297

Ne google pas le nom du plat. Tu pourrais tomber sur la description du morceau de viande utilisé

Le troisième jour, on décide de se laisser tenter par le canard de la boutique d’en bas, dont les effluves sucrées nous ont chatouillé les narines depuis le réveil. L’attente est longue… plus d’1h dans le froid… assez hallucinant, le rotisseur semble préparer les bêtes à la demande et donc tout le monde attend bien sagement que son canard soit cuit.

1298

Tu te vois aller chez le boucher, demander ton poulet rôti et attendre 1h qu’il le cuise ?

1300

Voilà, tu prends le canard, tu le coupes et tu claques tout dans de l’alu

On va manger notre butin accompagné de deux grandes soupes de légumes. Plutôt bon, mais la découpe « à la chinoise » rend la dégustation assez fastidieuse (j’ai bien failli avaler le bec dans la bataille), et on s’attendait à quelque chose de plus croustillant. En fait, on est pas tout-à-fait sûrs que c’était du canard laqué de Pékin, on a réussi à lire les caractères « Shanghai » sur la devanture de la boutique… mais ça faisait déjà une heure qu’on attendait alors on s’est contentés de notre canard laqué de Shanghai 🙂

1302

Quand tu commandes un plat à l’aveugle, soit c’est trop épicé, soit c’est juste dégueulasse

Et juste pour le plaisir de vos yeux, quelques photos du marché de Donghuamen, un petit marché des horreurs. Vous ne nous en voudrez pas d’avoir zappé la dégustation…

1188

Regarde ces quelques images avant chaque repas si tu veux maigrir

1187

Il paraît que plus c’est frais, moins t’as besoin d’épices

1185

Prends n’importe quoi et claque-le sur une brochette

rps20160519_151449

Ici, quand tu vois une grosse bête, tu la plantes et tu la fris

1191

Ajouter quelques feuilles de persil à tes colons leur apportera subtilité, raffinement et sophistication

1192

Petite pensée pour le type dont le travail consiste à embrocher tout et n’importe quoi à longueur de journée

1194

Tu vois un serpent, tu lchopes, tu lfris

1197

Tu vois un scarabée, tu lchopes, tu lfris

1206

Tu vois un gros étoile de mer, tu lchopes, tu lfris

1198

Tu vois un gros crevette, tu lchopes, tu lfris

1201

Tu vois n’imp, tu lchopes, tu lfris

1205

Même aux restos du coeur ils en voudraient pas de ta m#@de

 

La Grande Muraille, pour toi public

Alors pour visiter la Grande Muraille de Chine on s’est un peu torturé la tête face à toutes les options possibles, soit très coûteuses, soit très galère. On avait déjà d’emblée écarté l’option de Badaling, une portion de la muraille facilement accessible de Pékin mais apparemment archi-bondée.
On a même hésité à zapper cette merveille du monde mais pour ne pas décevoir nos fidèles lecteurs, et parce que Mao a dit que celui qui n’a pas gravi la grande muraille n’est pas un brave, on s’est quand même bougé les fesses.
Nous avons finalement jeté notre dévolu sur Jinshanling, une section restaurée mais peu fréquentée des touristes et accessible en bus public. Bon, sauf que quand on s’est pointés à l’arrêt de bus à 8h30 on a appris que le bus partait à 8h, merci Lonely Planet… on n’a pas eu d’autre choix que de se rabattre sur un taxi privé, à un coût encore raisonnable (15€ pour 1h30 de trajet alors que le bus nous en aurait coûté 10). Bien sûr, à ce prix-là le taxi roule comme s’il avait des tendances suicidaires, et vous dépose à 3km de l’entrée du site, et vous n’avez plus qu’à marcher ou bien à payer une navette à 3€.
Enfin bref, toute une matinée de doutes, de nausées et de ras-le-bol de la Chine mais arrivés en haut on se dit que ça valait bien la peine :

1212

Enfin ! Un gros mur et des montagnes !

L’ascension est âpre et difficile mais nous sommes portés par les paysages magnifiques à perte de vue, et surtout par la mélodie de Titanic qui tourne en boucle dans les haut-parleurs et nous donne des ailes. En vrai on aurait préféré profiter de la splendeur des lieux en silence… mais nous sommes en Chine.
C’est de ces paysages qu’on aimerait pouvoir conserver en mémoire toute sa vie et donc on mitraille comme des malades chaque centimètre-carré du mur.

1220

Et pis y’a même des arbres sur les montagnes !

1221

Et pis parfois, y’a des gens sur le gros mur

1245

Mais souvent, y’a qu’un gros mur sans personne dessus

1223

« Bon jte laisse, j’ai un train à prendre »

1234

« Youhou ! Jsais plus redescendre »

1267

Le panorama était pas si terrible que ça alors on l’a un peu caché derrière des briques

1247

Pitchoune a peur de tomber alors elle rase les murs

1288

« C’est sympa ton truc mais on s’en lasse vite »

Pour le retour, on se demande bien quel bus il faut prendre, ou et à quelle heure. Mais finalement on se fera raccompagner par 3 diplomates estoniens en balade à Pékin. C’est qu’on a de l’entregent !

1275

« Les relations diplomatiques, c’est mon truc baby »

 

Balade dans les Hutongs

On a réservé notre dernier jour à l’exploration du vieux quartier de Pékin. Sympa, mais on n’est toujours pas conquis, les maisons sont rénovées à tel point qu’elles semblent neuves et il manque un je-ne-sais-quoi de charme ou de vie.

1306

Mais y sont où les chinois ?

1317

Y sont pas là non plus

On croise près de la Bell Tower un groupe de touristes en pleine initiation au Tai-chi.

1318

Heureusement qu’ils sont là ces touristes, sinon y’aurait personne ici !

1320

Pratique ce futal ! Laisse ta marmaille chier dans la rue plutôt que de salir une couche !

Une dernière balade le long des rives du lac Houhai…

1335

1345

Il est temps de dire au revoir à Pékin et aux Chinois !

 

Un dimanche soir dans l’aéroport international de Pékin

…C’est un peu comme un dimanche soir sur le parking du Shopi de Saint-Folquin. Y a pas grand-monde.

1349

Un bon chinois, ça voyage en Chine monsieur

1350

« Y sont où les chinois ? »

1351

« Y z’ont pas ldroit de voyager ou quoi ? »

Et selon Wikipedia c’est le 2e aéroport mondial en terme de passagers. Encore un coup de la propagande communiste on vous dit !

Rédiger un commentaire ↓

9 replies to Pékin, ce grand mystère

  1. mamou

    Ils z’ont eu peur de vous c’est pas possible autrement, ils sont tellement nombreux ou alors ils sont tous en France à profiter de votre absence.. Pour la cité interdite vaut mieux regarder « le dernier empereur » qui restitue toute la magnificence de ce palais selon ma pomme. et depuis le temps que j’attendais les brochettes d’araignées, hannetons et autres blurpppp…. Z’avez goûtes? ça donne vraiment pas envie mais à ce qu’il paraît c’est l’avenir de notre civilisation!! Bon appétit bien sur

    • Claire

      Ah ben désolée pour l’invasion de Chinois alors, on n’a pas fait exprès !
      Pas goûté non, on s’est contenté du plaisir des yeux 🙂
      C’est vrai qu’au fond les Chinois sont des écolos avant-gardistes !

  2. Ah oui là les Chinois ont fui en vous voyant arriver, c’est la seule explication rationnelle 😉 Merci pour le fou rire en lisant les commentaires des photos alimentaires diverses et variées. Bonne continuation !

    • Claire

      Mais oui ! Je ne vois que ça !! 🙂
      Alex est très très fier de ton fou rire. C’est vrai qu’il a un certain talent pour commenter les trucs dégueu !

  3. Laure

    J’ai testé pour vous le pantalon fendu avec Maxime quand il avait 18 mois. Ce n’est pas du tout une bonne invention. Les brochettes d’étoiles de mer ça ne me fait vraiment pas envie. C’est tellement mignon. On a même eu le plaisir d’en caresser hier au grand aquarium de Saint Malo. Aucune envie de les imaginer sur des brochettes.

  4. Maman

    C’est beurk !!!
    On passe directement d’assiettes plutôt appétissantes à tout et n’importe quoi sur des brochettes.
    Bon, en France, et pour comparer, on a quand même les tripes, la cervelle et autres pieds de porc. Enfin, pour moi, c’est beurk aussi, tout pareil.
    J’aime bien les photos de la Grande Muraille. Ça aurait été dommage de ne pas voir. Mais ça a l’air dangereux de marcher dessus, il n’y a rien sur les côtés.
    Pas un truc à faire avec les enfants.
    Incroyable cet aéroport tout vide. T’es sûre que t’étais à la bonne heure ?
    Hi Hi !!!

  5. Didier

    J’ai eu la très mauvaise idée de regarder ce post après avoir pris mon déjeuner… Autant vous dire que la digestion n’a pas été facile…
    Claire, je suis surpris que tu ne sois pas suffisamment corporate pour ne pas avoir été dire bonjour aux bureaux de MGTS et tes anciens « collègues »…
    Bisous.
    Didier.

    • Claire

      Ahhh désolée Didier je ne suis pas responsable des effets secondaires de mes photos… Promis la prochaine fois je mettrai un avertissement 🙂
      Je n’étais pas du tout au courant que NGTS avait des locaux à Pékin… Sinon tu penses bien que j’y aurais fait un pèlerinage…
      Gros bisous Didou

  6. Auré

    Ahhhh !!!!! Voici le sujet que j’attendais tant de votre périple ! 😀
    Trop trop bien !! Je suis jaloux. Alors cette grande muraille ? Et le grand musée national de Chine ?! Je rêve de voir les deux 🙂 Par contre côté bouffe, des brochette fris de tarentules et scorpions… j’hésite entre l’écœurement le plus total ou bien la curiosité… Vous avez pas goûté ?? 🙂
    Gros bisous les aventuriers !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *