Le Grand Break

Keliki, le village d’irréductibles Balinais6

C’est un petit village que nous n’aurions jamais connu sans les conseils de Fleur & Grégory, rencontrés à Shirakawa-go. Eux ont vécu 6 mois dans ce village et y ont découvert la vie balinaise, appris l’indonésien, tissé des liens uniques. Les étoiles dans leurs yeux à l’évocation de cet endroit nous ont convaincus d’y séjourner nous aussi.

À l’origine il y a la Keliki Painting School, une école de peinture balinaise qui propose à ses étudiants des hébergements chez l’habitant. Puis la formule a eu un tel succès que les hébergements sont désormais ouverts a tous, et que les familles se sont organisées pour proposer un accueil toujours meilleur, avec activités et excursions à la carte.

DSC05206

Apparemment, on est arrivé

Sans qu’on ait su vraiment pourquoi, le village accueille exclusivement des routards francophones et de nombreux villageois se sont mis à la langue de Molière, ce qui fait que les « bonjour » sont nombreux quand on traverse le village. Une ambiance franco-balinaise détonante !

Bien pratique pour pouvoir sympathiser avec d’autres voyageurs, et surtout pour pouvoir discuter avec nos hôtes et s’imprégner de leur culture.

Nous logeons d’abord chez Padma, petit bout de femme qui nous étonne par sa maîtrise de la langue française, qu’elle a apprise au contact des touristes uniquement.
Puis nous devons laisser la place et partir chez Kan de Gus, une famille moins à l’aise avec le français mais pleine d’attentions.

Vivre dans un balé balinais est en soi une expérience : il s’agit d’un groupement de logements, réunissant généralement les membres d’une même famille, disposés autour d’un temple familial. Tout n’est qu’esthétique et raffinement et on a l’impression de dormir dans un palais… pour 10€ par jour.

DSC05202

On a connu des logements plus dégueus

DSC05092

Ça manque d’un bon coup de sécateur mais bon, on s’y fera

DSC05204

On a bien réclamé une télé 16/9ème et un cornet de frites parce que c’est quand même juste pour 10 balles

Tout le monde vit ensemble au quotidien, tout au long de sa vie, et on se rend compte qu’on serait sûrement bien incapable de vivre ainsi en communauté, nous qui n’aspirons souvent qu’à l’indépendance dès l’adolescence 🙂

 

Keliki fut un point de départ parfait pour découvrir la région d’Ubud, nous avons passé plusieurs jours à explorer la campagne environnante en scooter.

Mais nous avons aussi adoré flâner dans le village pour observer comme des petites souris la vie joyeuse et animée du village :

Les femmes qui vont déposer leurs offrandes au temple, devant leur maison, dans la rue, partout et à toute heure de la journée

DSC05491

« Mais j’ai perdu mon assiette ! » -« Elle est sur ta tête pov’naze »

Les travaux des champs dans les rizières sculptées à la main, entourées d’une végétation luxuriante

DSC05227

Sympa les boîtes aux lettres devant chaque champ

DSC05228

« C’est à peu près ici que j’ai perdu mon iPhone » -« C’est mort Régis, on le retrouvera pas »

DSC05261

Rien de tel qu’un petit pagne pour éviter que le poteau prenne froid

DSC05252

« Fais pas trop ta belle, on va marcher dans la rizière ! »

Les jeux des enfants et leur acharnement comique à faire voler leurs cerfs-volants

DSC05458

Et on attache le cerf-volant à la mob

DSC05471

Voici ce qui peut t’arriver si tu prends du cul trop vite

5462

« T’es pas sérieux avec ton cerf-volant en sac poubelle »-« Tais-toi, les 2 touristes là-bas ils y croient »

5485

« À 3 on lui arrache les bras ! »

Les hommes préparant leurs coqs pour les combats qui ont lieu chaque soir

DSC05383

« Tiens Bernard, celui-là, il m’a bien cassé les tympans ce matin »

DSC05386

« Tu vois, ça c’est ce qu’on appelle une patte de poulet » -« Ah ok »

DSC05388

« Hop, un petit doigt dans l’oignon, incognito »

DSC05387

Un type montre un poulet et personne n’en a rien à fout’

DSC05390

« Wah, il est trop mignon ton poulet, comment il s’appelle ? » -« Jacques-Robert »

 

Nous avons aussi eu la chance d’assister aux préparatifs de la grande crémation qui allait avoir lieu le 20 août. Cet événement, qui a lieu tous les 3 ans, consiste à incinérer tous les morts du village, inhumés en attendant. Qu’ils aient un défunt dans leurs famille ou non, tous les villageois participent chaque matin à la préparation de la célébration, et ce pendant un mois. Un vrai don de soi à la communauté qui semble impensable chez nous !

Sous le préau municipal, les femmes préparent des quantités impressionnantes d’offrandes qui seront toutes offertes le jour J.

DSC05172

Couleurs de vêtement éclatantes, c’est l’avantage de ne pas avoir d’électroménager

DSC05438

« Et là, jlui ai dit : Jean-Marc, jamais t’auras mon cul » -« T’assures trop Brigitte ! »

DSC05176

Perso, j’aurais préféré un steak frites

DSC05174

DSC05180

Plein de paniers pleins de trucs

DSC05443

C’est fou comme les gens sont fans de pâte à modeler ici

DSC05437

« J’aime bien quand j’me touche, et jt’emmerde !!! »

DSC05171

DSC05170

« On sfait un laser game après ? »

DSC05441

« Oh et puis merde, ce soir, c’est riz frit »

DSC05448

Tout le monde lui répète qu’il faut qu’elle arrête les beignets mais Suzanne s’en fout

DSC05444

Et ouais, on ne s’improvise pas artiste

DSC05177

« Tu m’fais un petit foot massage après ? » -« Tu peux crever Sylvie »

DSC05199

« Agrafer des trucs et des machins, c’est trop de la balle »

DSC05182

« J’ai les pieds trop soyeux depuis que jm’applique cette crème de foetus ! »

5454

Ça papote ça rigole mais une équipe de comptables veille au grain !

DSC05447

« Ah qu’est-ce qu’on ferait sans les femmes ?! » -« On bosserait »

Les hommes quant à eux s’activent à construire la structure éphémère qui accueillera l’événement, réaliser les décors, sculpter des statues de divinités.

DSC05187

Et maintenant, y’a plus qu’à prier pour que y’ait pas trop de vent

5194

Le type à droite, son boulot c’est de tenir la structure. Enfin, c’est ce qu’il dit

DSC05427

Eux aussi d’ailleurs, ils sont là jusqu’à la fin du festoche

DSC05188

Ici aussi, ils sont à fond dans les Pokemon

DSC05392

Au moins, eux ils travaillent assis

DSC05197

« Moi jfais tout à la hachette. La scie, c’est pour les tarlouzes »

On aurait aimé pouvoir admirer le rendu final et assister à l’événement, mais on se sent déjà très privilégiés d’avoir pu observer l’avancée des travaux pendant notre séjour. D’autant que les villageois sont incroyablement bienveillants, ils nous accueillent avec de grands sourires et ne semblent nullement gênés qu’on observe leur travail.

 

Loin de l’image très touristique que je me faisais de Bali, Keliki nous a appris qu’un tourisme équitable et intelligent est encore possible. Un vrai bonheur de voir des traditions aussi vivantes, entretenues et préservées, malgré l’essor de la société de consommation et du tourisme de masse ambiant. Respect les Balinais !

Rédiger un commentaire ↓

6 replies to Keliki, le village d’irréductibles Balinais

  1. mamou

    Il a quoi Alex? de mauvaise humeur? un peu grinçant ses comm….Mais bon on retrouve son côté « pince sans rire »…
    Sympa de faire une crémation collective, ça réduit les frais et fait de la place pour les suivants… Ceci les gens sont souriants, va t en trouver cela ici…quoique chez nous aussi y en a un qui bosse, le deuxième, qui dicte le troisième qui pense, le quatrième qui tient la pelle, le cinquième qui… etc etc …

    • Claire

      Oui Alex y est allé un peu fort sur cet article, et encore j’ai dû le censurer… Mon dieu si les gens qu’on a pris en photo lisaient ça… J’ai honte…
      Va falloir remonter les bretelles à votre fiston !!

  2. Soizic

    Whaou, ça donne envie d’aller à Bali ! Loin des clichés… ils ont l’air de rigoler en permanence, en plus ! Et sinon c’est quoi comme religion ? Je croyais que la plupart des Indonésiens étaient musulmans.

    • Claire

      Ah oui j’aurais dû préciser! Les Balinais sont hindouistes en majorité.
      Mais oui ils sont une exception car près de 90% des Indonésiens sont musulmans. Il y a aussi des protestants (avec la colonisation néerlandaise), des catholiques, des bouddhistes et des confucianistes.
      Fait curieux, la religion est indiquée sur la carte d’identité et jusque 2015 il était obligatoire de choisir une des 6 religions ! Maintenant les athées peuvent indiquer « autre ».
      Tout ça semble bien vivre ensemble et la devise du pays est : « Unis dans la diversité » !

      • Soizic

        Merci Claire pour ces précisions ! Sinon, ça n’a rien à voir, mais c’est marrant aussi d’observer leur façon de s’habiller. Pour les hommes, le bas a l’air local et le haut occidental (ou plutôt made in China, disons industriel, quoi!). Pour les femmes, c’est très coloré, elles mettent toutes une ceinture et il y a pas mal de dentelle… Il y a une industrie de dentelle en Indonésie ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *