Le Grand Break

Expérience coréenne n°2 : dormir dans un monastère bouddhiste9

Après le tourisme urbain à Séoul, un peu de nature à Sokcho, les traditions à Hahoe, notre aperçu de la Corée n’aurait pas été complet sans un peu de spiritualité ! De nombreux temples en Corée proposent aux locaux et touristes de mieux découvrir la culture bouddhique à travers un séjour dans leurs murs.

 

Devenir un moine bouddhiste pour quelques heures, pas vraiment un rêve de gosse mais l’idée semblait suffisamment insolite pour titiller notre curiosité… Je dois dire que depuis toute petite, sans avoir la foi, je suis très curieuse des pratiques religieuses chez les autres. Vers 9-10 ans il m’arrivait d’aller à la messe quand on était en vacances juste pour voir comment on priait ailleurs (je crois que ça a suscité pas mal d’inquiétude chez mes parents à l’époque 🙂

Nous avons donc fait l’expérience du programme templestay pendant une nuit, un moment très particulier qui restera un souvenir marquant du séjour en Corée.

 

Dimanche 23 mai, 15h

Après une sympathique promenade dans le parc national de Gayasan, entourés de Coréens toujours aussi suréquipés, nous arrivons au temple Haiensa, l’un des temples bouddhistes les plus importants de Corée du sud.

1924

« Hé toi, le type au chapeau, dégage, t’es sur mon passage »

1928

Être sympa, c’est chiant. Si t’es aggressif, tout le monde te laisse peinard

Nous sommes aussitôt guidés par une dame chargée de l’accueil Templestay, qui nous renseigne sur les règles du monastère, le programme des prochaines heures, nous remet notre tenue et nous guide jusque notre chambre (youpi on a le droit de dormir ensemble !).

 

15h30

Nous voici sobrement vêtus de notre tenue bouddhiste, on se sent instantanément investi d’une sainte mission et on ne se sent pas vraiment à la hauteur du costume.

1959

Y’a des trucs comme ça que je ne ferais pas si je voyageais seul

1951

Pantalon feu de plancher et godasses de randonnée. Le total look Tintin

Disposant d’un peu de temps libre, on part se promener au sein du monastère en essayant d’éviter le regard amusé des queques Coréens venus visiter le temple.

Je regarde Alex déambuler devant moi dans son pyjama trop grand en me disant, mais qu’est-ce que je lui fais pas faire des fois.

1989

L’église, c’est ma trop ma came. Les temples en pyjama non plus

Situé au milieu des montagnes, le monastère Haiensa est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco car il abrite la Tripitaka Koreana, un monument du bouddhisme coréen.

Il s’agit d’un ensemble de 80 000 tablettes gravées au XIIIe siècle servant comme plaques d’impression du canon bouddhiste. Ces planches sont conservées dans un bâtiment du XVe siècle, dont les techniques remarquables de construction permettent une aération, une température et une humidité optimale. Un bâtiment top secret défense, on n’a donc pu qu’entrapercevoir les fameuses tablettes de l’extérieur…

2037

M’en fous de ton tropicana ragnagna. Jme sens con dans mon pyj là

On admire les décors incroyables des différents temples, puis on va apprécier la quiétude des jardins qui entourent le monastère.

2050

« On est là pour combien de temps déjà ? »

2042

« Tu crois qu’ils font de la bière et du fromage les moines d’ici ? »

2054

Petite pensée pour le type qui a choisi de s’accomplir en sculptant un gong en forme de poisson/dragon

2046

1990

« Jte laisse, jvais mchercher un mac do ! »

1972

Alex est ravi, il a trouvé son petit coin pour fumer en cachette !

1977

« Tu mdis si un moine se pointe, hein »

 

17h

Rendez-vous au réfectoire pour un dîner entièrement végétalien mitonné par les moines. Au menu : kimchi de laitue, kimchi de concombre, bouillon, galettes de haricot mungo et bien sûr du riz. C’est très relevé et à vrai dire meilleur que ce à quoi on s’attendait (les cantines catholiques nous ont tous les deux traumatisés).

On mange dans la même salle que les moines mais sur des tables différentes. Côté ambiance c’est pas la grosse éclate, le silence est de rigueur.

 

17h30.

La dame qui nous a accueillis nous accompagne pour aller assister à la cérémonie du soir. On sort de table et déjà on entend le rythme des tambours s’élever dans la cour centrale. Un son lancinant, palpitant, presque tribal qui nous attire irrésistiblement vers le coeur du spectacle. On a la chance d’assister au concert qui se tient en ces lieux tous les soirs.

2016

Un moine avec un gros tamtam

Plusieurs moines se relaient pour frapper chacun leur tour le beogpo, un grand tambour au son très grave. Ces moines sont en formation à Haiensa et on décèle vite le manque d’expérience de certains dans les hésitations, les irrégularités de rythme, leur application scolaire.

Jusqu’à ce qu’un moine vraisemblablement plus expérimenté que les autres ou plus proche du karma nous délivre une prestation magistrale et exaltée… jusqu’à en casser ses baguettes !

2092

Baguettes sur le côté pour les son clairs et coup de boule en plein centre

 

17h45

On est invités à se rendre jusqu’au temple principal pour assister au yebul, la messe bouddhiste. On s’installe au fond du temple à côté de quelques fidèles, tous agenouillés sur des petits coussins.

Plusieurs groupes de moines entrent tour à tour et emplissent la salle. Un moine commence d’abord par psalmodier un texte qui sera ensuite chanté par tous, avec une alternance de gongs, chants et prosternations à laquelle on n’a pas tout compris.

Pas très à l’aise avec les rituels bouddhistes comme vous vous en doutez, on a pour consigne de suivre le mouvement. Heureusement on est entourés de dames très gentilles qui nous montrent quoi faire et dans l’ensemble je crois qu’on ne se fait pas trop remarquer.

Avec toute notre ignorance de la culture bouddhique et notre peur de mal faire, on ne comprend rien de ce qui se passe devant nous mais on en ressent intensément la sacralité. On se souviendra longtemps du moment où toutes les voix des moines se sont élevées en un chant puissant, vibrant, uni, presque guerrier, je peux vous dire qu’on s’est sentis tout tout petits…

L’office dure environ une heure où on ne se lasse pas d’écouter ce chant entêtant, en reproduisant maladroitement les prostrations de nos voisines. Au moment de sortir on frôle l’incident diplomatique en gênant la procession des moines qui quittent le temple, ouf on s’arrête à temps.

J’aurais aimé capturer ces instants magiques mais n’ai pas osé troubler la solennité du moment… Voici un aperçu pris sur un autre blog :

800px-Korea-Haeinsa-21

Un bon ptit Game of thrones et au dodo !

 

18h30

C’est la fin de l’office, le soir tombe et on se sent très privilégié de pouvoir parcourir les lieux à la lueur du crépuscule…

2024

2021

On a volé 2 cuillères

On s’installe dans notre petite chambre typiquement coréenne avec futons et chauffage au sol.

 

20h

C’est l’heure pour tous les résidents du monastère de dormir. Nous on triche un peu, mais quelle idée de fournir une connexion wifi dans un endroit pareil !

 

3h30

La messe du soir m’a tellement impressionnée que je trouve la force de me réveiller pour assister à l’office du matin !

2031

Il y a un peu moins de fidèles que la veille qui sont présentes, mais ce sont les plus ferventes. Ce qui donne lieu à un moment gênant quand, à la fin de l’office, tous les moines ayant quitté le temple, je me retrouve entourée de dames qui continuent à psalmodier et se prostrer comme des furies. Je m’efforce de suivre plus ou moins le mouvement pendant 20 bonnes minutes, puis je prends mon courage à deux mains et je quitte cette assistance exaltée sur la pointe des pieds.

 

4h30

Je rejoins Alex qui lui n’a pas entendu l’appel de Bouddha, et je replonge dans le sommeil

 

6h

On dort encore et on zappe le petit-déj monastique.

 

8h30

Remis de nos émotions, on se lève pour participer à la cérémonie du thé avec un moine d’Haiensa. Finalement le moine n’est pas disponible et à la place c’est la dame qui nous a accueillie qui nous fait la conversation.

Dommage car on aurait bien aimé en apprendre un peu plus sur la vie de moine…

 

10h

On se promène à nouveau dans les allées du monastère et ses jardins pour s’imprégner de la zenitude des lieux…

2035

Moi j’aimerais bien me désimprégner

2034

C’est vrai, j’commence à le connaître par coeur le temple

2058

Et pis manger végétalien, ça m’file la dalle

2084

 

2080

Tellement typique, une occidentale qui se la joue retraite bouddha-style

2085

 

2098

Le photographe a cru bon de se placer à 50m de nous

 

11h30

Déjeuner végétalien, à peu près le même que la veille avec en dessert pastèque et pain de riz. On n’est pas mécontents de retrouver les joies de la junk food dans quelques heures 🙂

 

12h30

On fait nos sacs et on remballe les futons, bye bye la vie monastique !

Rédiger un commentaire ↓

9 replies to Expérience coréenne n°2 : dormir dans un monastère bouddhiste

  1. Loulou

    Ca a l’air génial !! Vous êtes devenus bouddhistes après ça, pas de révélation mystique à l’horizon ?
    Est-ce que c’est payant du coup ces templestay ? Et authentiques (je veux pas dire pas l’expérience mystique light pour le touriste? je ne pense pas vu ce que tu en dis) ? Ca donne super super envie, mais en effet le wifi c’est pas trop ça pour le karma (d’ailleurs ils parlent de karma en Corée ? Le bouddhisme est leur religion principale ? Trop de questions qui me viennent là). La Corée du Sud me donne trop envie décidément !

    • Claire

      C’est vrai que je ne l’ai pas précisé, détail important : ce type de séjour est payant, et est même bien cher. 40€ par personne avec repas, quand une chambre double classique coûte en moyenne 30€, je trouve ça élevé. Je m’étais renseigné au Japon c’est encore pire : autour de 200€ la nuit à deux…
      Donc un bon business quand même. Sacrés bouddhistes 😉
      Niveau authenticité, disons qu’on a pas trouvé ça trop attrape-touriste vu qu’il n’y avait rien d’organisé spécialement pour nous, par contre on a eu très peu d’échanges avec les moines et pas d’initiation spirituelle.
      Je crois que beaucoup de Coréens font ce genre de retraite juste pour s’éloigner du stress de la vie urbaine et retrouver un peu de paix intérieure.
      Et au niveau des stats : 32% de chrétiens, 24% de bouddhistes, 43% d’athées !

      • Louise

        Han d’accord, bah oui c’est abusé alors, money money money ! Je pensais que c’était l’astuce pour les backpackers du coup. Ptet quils sont comme les japonais, qui changent de religion en fonction des âges de leur vie, le syncrétisme en veux tu en voilà. Chrétiens c’est pour la fin quand tu veux profiter du paradis !!

        • Claire

          Tiens, cette semaine au Japon on a vu une voiture se faire purifier dans un temple, pour prévenir les accidents de la route. C’est payant bien sûr.
          Money money money comme tu dis !

  2. mamou

    15 h 30 en pyjama, c’est pas un peu tôt? Une retraite spirituelle , j’en connais un qui devait piaffer, mais un peu de spiritualité n’a jamais fait de mal à quiconque…Quel courage d’assister à la messe du matin Claire et oui tu es trognon dans ton pyjama, quant à Alex il ne lui manque que la cravate…Il n’a pas encore trouvé le chemin de l’abstinence pour le tabac? Renvoie le dans un temple.

    • Claire

      Non et pourtant Bouddha sait que j’ai allumé des cierges pour qu’il arrête !
      J’ai trouvé mieux que le temple, demain je l’emmène à Tokyo, soit disant l’enfer du fumeur…

  3. Maman

    Trop drôle
    Je me suis beaucoup amusée
    Expérience très intéressante
    Alex tu as le droit de dire non parfois à Claire
    Elle ne t’en tiendra pas rigueur
    Merci en tout de t’être prêté au jeu
    Le costume te va très bien

  4. Clem

    Coucou!
    Encore une fois bien ri en lisant vos aventures! Vous vous complétez bien dans votre style littéraire! C’est parfait!
    Vous êtes tout mignons dans vos costumes de Tintin!!
    En revanche c’est pas raisonnable de voler les cuillères!! A flunch d’accord, mais pas dans un temple bouddhiste 😉
    Bon en tout cas, bien heureuse de voir vos sourires sur vos ptites têtes!!
    Je vous fais plein de bizoux du Nord où il ne cesse de pleuvoir!!

    Clem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *