Le Grand Break

Bangkok golden mount – Comprendre la culture bouddhique9

Avant de nous rendre en Birmanie, nous sommes restés 3 jours à Bangkok histoire de découvrir la ville, nous acclimater à la météo et (surtout) nous remettre du décalage horaire assez violent depuis la France. Nous n’avons rédigé qu’un très bref article sur ces 3 jours car le grand buddha de l’internet ne nous a pas été très favorable pendant ce court séjour. Et je m’abstiendrai de tout commentaire sur l’internet birman. Bref, il est temps de rattraper un peu de retard et quoi de mieux qu’une petite séance de culture pour se refaire ?!

En nous baladant dans le centre historique de Bangkok, nous sommes tombés un peu par hasard sur un petit édifice consacré au « fortune buddha ». Situé au pied du golden mount, il nous a paru assez aguicheur pour qu’on y pose nos pieds sacrés d’occidentaux mal avisés.

Au fond de la salle nous attendait une oeuvre artistique monumentale. Monumentale non pas par sa dimension mais bien par sa richesse esthétique. Nous remercions donc tout particulièrement l’artiste auteur, certainement cramé à la noix de betel, pour nous avoir livrés séance tenante au syndrôme de Stendhal. Nous peinons encore à nous en remettre.

Sans plus attendre, voici cette fresque. Avant d’y jeter un oeil, je ne peux que vous conseiller de bien vous accrocher à vos chaussettes.

Pour tout vous avouer, je ne connais rien du tout à la culture bouddhique. Et comme je sais que vous non plus, me voilà prêt à vous livrer une lecture éclairée de cette oeuvre magnificente sans timidité ni hésitation ni embarras. Toi, petit coco lapin, tu peux juste t’asseoir, te détendre et te laisser envahir par la plénitude offerte par ces quelques mots.

 

Point de vue global

À tous ceux qui pensaient que le buddhisme était aussi simple à comprendre que de baler un verre de Jupi, comme vous êtes dans l’erreur !

Prenez un peu de recul et contemplez l’oeuvre dans sa globalité. Ressentez-vous une impression de zen et de sérénité ? NON ! C’est bien le bordel dans l’univers bouddhique ! Je peux te dire qu’ils ont dû pas mal hésiter avant de lâcher leur premier satellite dans la stratosphère. Entre les planètes, les galaxies, les animaux, les trous noirs et les fruits, pas facile facile de naviguer là haut. Et comme si ça ne suffisait pas, y’a pas mal de types de la taille d’une planète qui se baladent en cariole. Après tout, c’est pas parce que t’es une divinité que t’es exonéré d’aller faire tes courses le samedi matin.

En haut à droite, on aperçoit une main qui, en pressant ce que j’imagine être un haricot cosmique, fait percer un rayon de lumière magistral. Alors à qui appartient la main ? Certainement au grand Siddartha qui, de son arbre, a décidé de montrer qui est le patron.

Juste en-dessous, notre petite planète bleue, centrée sur l’Asie du sud est. Malgré les typhons stellaires qui font rage à l’est de l’univers, et le cinglé qui a décidé de partir ce jour-là en road trip depuis la lune jusqu’au soleil, tout semble serein aux alentours. Mais nous aurions tort de ne pas rester sur nos gardes.

 

A l’ouest de la terre, le sniper titan

Zoomons sur la partie un peu à gauche de notre chère et tendre planète.

DSC02048

Ici, on fait la guerre avec des armes modernes

Planquez-vous ! Apparemment, y’a un sale type derrière Neptune qui cherche à tous nous dézinguer !

Moitié homme, moitié multi-dragons, le gros méchant n’a pas décidé de tailler dans la dentelle. Un seul coup de fusil et c’est toute une ville qui y passe. Mais pas de panique car il semble pour le moment en rogne contre les States. « Comment le sais-tu ? » as-tu envie de me dire. Et bien, il suffit de jeter un oeil juste en-dessous du gros type tout bleu. On y distingue clairement New-York avec ses twins towers, sa statue de la liberté et son hélico double hélice. Alors, si j’avais prévu des vacances pour aller visiter la big apple, j’aurais tout annulé direct ! A bon entendeur.

Malheureusement pour vous, comme pour moi, je n’ai aucune info sur l’auteur. Mais j’imagine que la vie n’a pas dû être très tendre avec lui. Je vous laisse donc avec l’une de ses autres oeuvres magistrales et tout aussi joyeuse afin que vous puissez vous faire une idée de la relative sérénité de la culture bouddhique.

DSC02049

Ceci n’est pas une pochette d’album de Cannibal Corpse

 

Rédiger un commentaire ↓

9 replies to Bangkok golden mount – Comprendre la culture bouddhique

  1. Maman

    Tu vas rire.
    Cette œuvre est exposée dans la salle des mariages de Cappelle La Grande.
    Cette fois, rien à voir avec la culture bouddhique.
    Il ne s’agit que d’évoquer l’attachement de la commune à tout ce qui se rapporte à l’univers planétaire.
    On connait tous le fameux planétarium de la ville.
    On connait moins la déclinaison de tous les noms des planètes pour un nombre important de rues.
    J’ai toujours trouvé cette œuvre sombre et morbide et j’ai toujours essayé de lui tourner le dos, autant que faire se peut.
    Bravo pour cet article.
    Le style est différent. On reconnait bien la pâte de facétieux Alex.
    Tu as réussi à tout décortiquer avec beaucoup d’humour.

  2. Maman

    Pas de chance.
    Le service urbanisme de la mairie a été délocalisé.
    Je n’irai plus jamais dans la salle des mariages de Cappelle.
    Sauf en cas de mariage

  3. mamou

    Alex tu n’as aucun respect mais je reconnais ton oeil acéré, ton humour déjanté.. Rien à dire tu sembles avoir deviné ce que l’auteur souhaitait nous transmettre, d’ailleurs si j’ai bien lu le comm précédent c’est une oeuvre internationale! Je comprends aussi pourquoi Boudha a les yeux fermés en permanence, c’est pour éviter de regarder ce que ses ouailles lui offrent et pour pleurer intérieurement. On est vraiment peu de chose, m’en vais me pendre au fond du jardin, un grand mythe viens de tomber et je ne pourrai m’en remettre.. Sniff..

  4. Loulou

    J’ai tout compris au boudhisme, merci !
    On peut avoir un zoom éclairé sur le monsieur qui fait du hula hoop sur un anneau de planète, mais un peu dans le mauvais sens (même si j’imagine que quand t’es un dieu, c’est pas bien grave, ça marche quand même) ? :p

  5. Ju

    Même pas peur du moitié homme moitié multi-dragon le gros tout bleu nous protégera (contre quelques $ ben oui c’est NY)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *